« Tous nus et tous bronzés | Page d'accueil | Va y avoir du sport (mais moi j'reste tranquille) »

11 septembre 2008

Genre des phrases choc

Laissez deux ou trois membres du vodka-club en liberté quasi-surveillée dans des vacances ensoleillées, et ils ne peuvent que sortir des conneries encore plus grosses qu'eux (et pourtant, on voit le bide quand on est en maillot de bains).

Pourtant, ça commençait gentiment avec l'Italie. Cham a pris soin de marquer quelques lapsus et tentatives de communiquer avec les autochtones sur son calepin, histoire de montrer que nous aussi on sait parler l'italien. Ca donne ça, en gros

  •  Do you have jetons ?
  • Tiens, ouverte se dit aperto ? Je suis vachement aperto
  • Can I have the il compto ?

 

Bon. Vous me direz, pas de quoi fouetter un chat avec l'une de ses neuf queues. Et vous auriez raison. Mëme si sur le moment, ça nous paraissait très drôle.

Seulement voilà. Après est arrivée la Turquie, et le vocabulaire a perdu un peu de sa distinction au fur et à mesure des soirées, de la bonne humeur, de l'alcool voire de l'utilisation de substances illicites pour lesquelles je ne saurais avoir que la plus grande férocité (kids, don"t do this at home).

Et ça a donné ça:

 

  • Deux trous dans un trou ? Ton nez dans mon cul

  • Bof, des russes. Tant que ça slave, ça s'nettoie

  • Le vin est bon mais j'ai les poils de nez qui frisent

  • (Bien fort, à l'embarquement de l'aéroport): Ouais les statistiques disent que les seuls survivants d'un crash sont toujours les places du fond


  • Monsieur F, tu seras l'extension de ma bite pour ces vacances.

  • Le poppers ne me fait rien... putain j'ai les oreilles qui chauffent

  • What is it named ? Poppers ? Can I take a picture ?

  • Chut !
  • On ne dit pas chut à une femme
  • Ah, c'est une femme ?

  • Si tu pues tellement de la gueule, c'est que ton père doit mal se laver la bite

  • Non, do you sell shit ça veut dire "est-ce que tu vends de la merde", il va pas savoir te répondre

  • Le masseur en avait une petite. Vous n'avez pas envie de savoir comment je le sais

  • On va appeler cette étoile Célo en hommage à nos noms
  • Ouais ben dépêchez-vous parce que Célo fane, là


  • Où est le marteau ?
  • Dans ton cul
  • Ok mais tu gères l'embranchement


  • Trois bouteilles à cinq, ça va, on a été soft
  • Mais j'en ai pas pris moi...
  • Moi non plus...

 

  • Tain, on est des cancres et on est crevés. On est des cancres las.

 

Non, nous n'avons pas honte.

Enfin, moi pas.

Je crois...

 

Commentaires

mina | 11 septembre 2008

Elle est jolie l'étoile cello fane ...

Monsieurf | 11 septembre 2008

Pff, et encore, avec nos mémoires de poissons rouges, on en a oublié la moitié.
Par contre, ma chère Grenouille, on a manqué de poésie. On baisse, on baisse...

Monsieurf | 11 septembre 2008

PS:

PÉNIS

nonolerobot | 12 septembre 2008

vous n'avez pas honte? vous devriez! je me demande ce que vous seriez capables de sortir à une soirée moules-frites

anyia | 12 septembre 2008

Je suis mdr.
J'adore les jeux de mots foireux, et là, y'en a eu à gogo. Et des danseurs aussi? Nan parce que des gogos danseurs quoi...
Voilà.
Je sors et vais me pendre avec du fil barbelé.

E. | 12 septembre 2008

Avec le truc sur les Russes on tient un must quand même...

Crevette | 12 septembre 2008

Je suis morte de rire.
Plus c'est pourri plus j'aime !
Alors là, franchement, merci pour le cadeau !!

chinoise blonde | 12 septembre 2008

Franchement, elles sont toutes pourites, mais j'adore!
Surtout celle sur le masseur...
Perso je pense qu'elle a vu le mini engin à travers son pagne de coco... en Italie c'est faisable non??

Ecrire un commentaire